Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Les commentaires de Pointscommuns.com : le premier site de rencontres par affinités culturelles.

older | 1 | .... | 194 | 195 | (Page 196) | 197 | 198 | .... | 259 | newer

    0 0

    Ça serait amusant de convoquer le chant des oiseaux... Mince ils ont piqué du nez vers les chaluts à perte de vue à foison sur l'horizon. Les as-tu seulement aperçus en rangs pointus ? ils ne se rattraperont plus comme de bien entendu. Ils sont si volages... Au temps pour eux... Passons...On n’a plus tellement le temps ! L’ombre aile se portera bien surtout par le temps qui court. Et la toison alors ? Elle n’est pas suffisamment couvrante, le vent l’emmêlera... par ici par-dessus tout...Peut-être faudra-t-il s’enquérir de tous les accessoires du temps. Il fait suffisamment beau pour s’y inviter. Sinon nous la fabriquerons : un bout de bois droit comme un chêne, prenons des cannes en guise de baleines et du tissu épais planqué au fond des tiroirs, nous en déchirerons des pans de draps de lin râpés. La mienne sera à bords larges et d’un coloris qui ne manquera pas de passer inaperçu... Pois verdâtres sur fond blanc de lait. Non, ce ne seront point des chiures d’oiseaux (ils se sont barrés, iterare) mais des pois discrets et scrupuleusement agencés. C’est toute une organisation... Salutations. (Sinon il reste dans mon panier bleu turquoise de quoi se désaltérer. On ne sait jamais, par le temps qui passe... Je préfère prendre les deux vents, Mistral et Tramontane... Surexpositions.) Pourvu que je ne m’envole pas... http://www.youtube.com/watch?v=Te2ZqlylKDg

    0 0

    Alors voilà, pourquoi ne pas instaurer une rubrique « La blagounette nulle du samedi », histoire de bien commencer le week end ? Enfin si la blague ne vous fait pas pleurer de désespoir, évidemment ! Je crains le pire si vous adhérez à cette idée, mais on verra bien… « La facture Un couple d'immigrés, nouvellement arrivé au Québec, essaie de s'adapter autant qu'ils le peuvent. Un soir, le jeune marié rentre chez lui et sa femme lui saute au cou : - Chéri, j'ai une grande nouvelle! Je suis en retard d'un mois... je crois que nous allons avoir un bébé! J'ai fait le test chez le médecin, mais tant qu'on n'aura pas la certitude, on n'en parle à personne. Le jour suivant, un contrôleur d'Hydro-Québec sonne chez elle : -Vous êtes bien Mme Unetelle? -Oui. -Madame, vous avez un mois de retard. -Comment le savez-vous? -Mais, Madame, on a des registres, c'est inscrit dans nos livres. -Qu'est-ce que vous dites? C'est inscrit dans... vos registres? -Absolument! Le soir, elle raconte cette conversation à son mari qui, fou de rage, se précipite dès le matin aux bureaux d'Hydro-Québec. -Qu'est-ce que c'est que cette histoire, hurle-t-il, vous inscrivez dans vos registres que ma femme a un mois de retard? De quoi vous mêlez-vous? -Écoutez, dit le contrôleur, calmez-vous! Ce n'est pas bien grave, vous n'avez qu'à l'acquitter. -La quitter? Il n'en est pas question! Je ne la quitterai jamais, ni maintenant, ni plus tard! -Dans ce cas, je vous préviens, si vous refusez de l'acquitter, on va vous la couper. -Quoi? Me la couper? Mais que deviendra ma femme? -Je ne sais pas... elle n'aura qu'à se servir d'une chandelle. » Bon, d'accord ....je sors.

    0 0

    J'ai dans ma vie un ami, Un ami, oui, mon ami, je crois bien que je ne suis plus que sa seule amie. Un ami insupportable, un ami indésirable, un ami que j'ai fui, un ami qui sans cesse me reviens. J'ai un ami dans ma vie depuis peu et pourtant je crois bien que je ne me souviens plus depuis quand...Il est mon rayon de soleil, il est mon nuage de colère, parfois il m'ennuie, m'agace avec ses petites manies. Son caractère m'exaspère, punaise comme il sait m'énerver en silence, il est lui comme le centre de son monde, quel égoïste bonhomme et pourtant...j'ai un ami, un fidèle. Hier, il m'a dit « quoiqu'il arrive dans ta vie, je ne pourrais me passer de toi ! » Quel menteur « et toi si ta vie change tu m'oublieras, aucune femme n'acceptera ma présence ». Il a longuement réfléchis et il m'a dit « pour ça que je reste célibataire ». Je crois bien, depuis hier que mon ami m'aime, bien plus profondément que je l'avais imaginé, il m'aime parce que je ne le ménage pas, parce que je lui ai dit qu'un jour je partirai loin de lui, pour ne pas souffrir. Je sais qu'il me connaît déjà mieux que moi-même, cela m'irrite et me sécurise aussi. Mon ami a des épaules d'homme et une cicatrice qui parfois lui tire la peau, hier il s'est un peu dévoilé, hier, on s'est enfin regardé. Je suis passée de la colère, à l'envie de fuir, puis le plaisir d'être là face à lui, les yeux dans les yeux. Nous étions heureux, saouls, émus mais toujours droits dans nos bottes. Non jamais nous serons des amoureux, malgré nos sourires, nos rires et nos larmes qui nous caressent si souvent. Lui et moi on se comprend, rien ni personne ne nous appartiendra, pourtant il est presque trop tard, nous sommes l'un dans l'autre, je ne pourrais plus le fuir sauf s'il partait, enfin je crois. Si mon ami disparaissait, peut-être qu'on se détacherait, peut-être, sauf que mon ami m'a harponné, mon ami est un philosophe, je l'avais sous-estimé, de ses mots, il m'a prise dans ses filets, des mots justes, des phrases courtes qui effleurent et pourtant résonnent encore et encore. J'aime le lit de mon ami, il est grand mais cette nuit ma place était vide car mon corps collait à sa peau, toute la nuit j'ai senti son cœur battre contre moi et il m'a dit « si mon destin était toi ? Qui sait ? » Il a rigolé, moi pas ! j'étais inquiète, lui et moi dans notre vie que penser de tout ça, j'avais pas prévu. Puis je me suis tus turlututuchapeaupointu, on s'en fout si on faisait comme si la vie était un moment, un instant et qu'elle était si fragile que la seule question à se poser était « j'aime ce moment, cet instant ? ». Puis, mon ami m'a dit bientôt je vais partir vers mes racines, une semaine, une petite semaine loin d'ici et si j'y reste tu viendras me voir. C'était tellement évident pour lui et affolant pour moi. Mon ami me glisse entre les doigts, je le savais, il est fort à ce jeu là...c'est pas grave mon ami je l'adore comme il est. Alors, il m'a dit « tu reviendras même si tu trouves l'homme qui va à ta vie ? », je lui ai répondu du tac au tac « fais moi plus souvent l'amour et je resterais » parfois je me dis que je parle trop vite. « tu dors avec moi alors cette nuit ? « de toute façon j'ai trop bu, je ne conduirais pas » « ouiiii » Mon ami était encore une fois mon amant, mais plus profondément cette fois, plus tendrement, plus violemment aussi comme une envie folle de se libérer des tensions de toutes ces peurs, ces tensions. En fait peut-être qu'il n'y a que comme ça que l'on sait s'aimer...

    0 0
  • 03/25/14--14:44: fascination 2 par Magic one
  • Le paradis n'est que seins et aréoles•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'c’est le printemps de plus en plus alors •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Pour ceux qui n’étaient pas là avant. •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Pour mes tendres préoccupations et fascinations. •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'C’est ainsi que je la devine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Cachée dans un chemisier• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Sous une dentelle fine•.¸¸ •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Posée sur un balconnet•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Douce corbeille de vos poitrines •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Que j’aime cet endroit discret •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Qui vous fait sage ou libertine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Aux contours secrets •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'C’est ainsi que je l’imagine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Pommes poires d’un verger •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Le parfum me taquine•.¸¸.•'´`'• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Que dire de tant de volupté •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Je temps passe et je peaufine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'A mes plus tendres aveux •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Je ne puis mettre en sourdine•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Aussi belle que vos yeux •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'C’est ainsi que je m’obstine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Autour d’un bouton défait •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Mais c’est elle l’héroïne•.¸¸.•'´`'•. •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Qui triomphe de mes pensées •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'L’aréole est la racine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Du joli téton dressé •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Mon âme serait bien chagrine•.¸¸.•'´` •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'De ne pouvoir le caresser •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'J’ai pas besoin de magasine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Facile de la dessiner •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Le crayon se dandine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Il ne fait que retracer•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'C’est bien moi qui hallucine •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Mais pas en buvant du thé •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Elle est ma drogue ma cocaïne•.¸¸.•'´`' •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'Aux saveurs sacrées •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• __________c’est ainsi que je la devine cachée ________dans :::un chemisier sous une dentelle fine _______posée ::::sur un balconnet douce corbeille de ______la ::::::::poitrine que j’aime cet endroit discret qui _____vous fait :::.*sage ou libertine aux contours secrets ____c’est ainsi que je l’imagine :::::::: pommes ou poires ____du :::::verger le* :::::* ::::::::::::parfum me taquine ____que dire de tant de volupté :::::::::le temps passe et J ____je peaufine mes plus tendres ::::::::aveux je ne puis SS ____mettre en sourdine toujours ::::::::aussi belle que vos S ____ yeux c’est ainsi encore que ::::::: je m’obstine autour D ___D’un bouton défait TT :::mais ::::::C’est elle l’héroïne qui S __ Triomphe oui de ma ::::pensée :::::M ;o*Mo ;::::drôle d’idée __L’aréole est la racine ::::du UU :::M :::::::::::joli téton dressé _ Mon âme serait bienn ::::mais. .M :;::::::::::::bien chagrine de _ne pouvoir tendrement :::8888Maaa :::::::::::::Mais très trèsSS _SS_tendrementt ::TT ::::TTTM :::::::::::::::::::pouvoir une foisS SS_de plus encor:::R:::::::::M::::::::::;:::::::::le caresser du bout S_De mes doigts :::::::::::M::"a@@@aa"::::::SwJe n’ai nul bessoin _de magasines:SSS::::::::::M:::::"aaa"::::::::::MFacile pour moi de la dessinerRR::::RR:::::::::MSS:::::::::::::::::MLe crayon tout seulL Se dandinee:::::S:::::::::MSSSSS::::::::::MMAvec sa fine mine oùSS Il ne fait qu:::::S:::::::::MSSSSSSSMhummmretracerRRR*SSSSSSSS C’est bieM:::::::::::::::MOOOOOOII:::::::MMmmmmOOOOooooi Quui_ M::::::::::::::MOOOOOOUUIII::::::MMOOOOOOOOOOOOO OUI _M:::::::::::::MHALLUCINNNEEE:::::mais pas en buvant OO _OUI_M::::::::::::MAIS PAS EN BUVANT::::m::NnNOOOOOOON _ NO_M::::::::::::OH NON NI DU LAIT NI DEE::::::DeE_LOOOO _ OO_M::::::::::ooooM::oooooooooooo:::::::::Mmooooo _ S _MM::::::::SSSSM:::SoSo:::::HUUUUUUMMM::::::::Mmm ___ SM:::::::SSSSM:::::888:::::::88:::UMMMMM::::::::Mm ___HUMM:::::HUUMM:::::::88::::::::8:::::MMMMM:::M:::::M __ MNNM:::::UU8MM::::::::8:::::::::::M::::MMMM::::M::::M __NNNNNM:::::UU:M::::::::::8:::::::::::M:::MNNNM:::::M::M _ NN NNNMM:::NNN:M::::::::::::::::::::::M:MNNM:::::::::::::M: _ N NNNNNM:::NNNN:::::::::::::::::::::::MW:NN::::::::::::::::M __ NNNNNM:::NN::N::::::::::::*aa*::::::::M:NN::::::::::::::::::M __NNNNNNM:::NN::::::::::::*aa88aa*:::::M::NN:::::::::::::::::::M __NNNNNNMM::NN:::: :::::::*aa88aa*:::::M:::N:::::::::::::::::::::*a __NNNNN M:::N :::::::::::::::::*aa*::::::::M::::::::::::::::::::::a*888 __ NNNN _M::::::M :::::::::::::::::::::::::MM:::::::::::::::::::::::*888 ___NNNN M:::::::M ::::::::::::::::::::::::MM:M:::::::::::::::::::::::::*a ___NNN__M::::::MM :::::::::::::::::::::MM:::MM:::::::::::::::::::::::M ___NNN__M::::::::MM : :::::::::::::::MMM:::::M ::::::::::::::::::::::M ____NN__M::::::::::HUU ::::: :::::MMMM:::::::::MMM::::::::::::::::M ____ NN__M::::::::::::::MMMMMMM:::::::::::::::::MMMMMMMMMM _____NN _NM:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::MMMMMM _____N _ELLE:::::::::::::::::::::::::::::M::::::M::::::::::::::MM _______ ESTM::::::::::::::::::::::::::MM::::::MM:::::::::MM _______MAAAAM:::::::::::::::::::::MMM:::::::mM::::::MM _______DROGUEM:::::::::::::::::MMM:::::::::MMM:::::M ______ MAAAAAAM:::::::::::::::MMM:::::::::::MM:::::M ______COCAINEEM::::::::::::MMM::::::::::::::M::::::M ______S_AUXXXM:::::::::::MM:::::::::::::::M:::::::M: _______ XXXXX:M::::::::::M::::::::::::::::M:::::::MM _______SAVEURM:::::::::M::::::::::::::::::::::::::M:M _______SAVEURM:::::::M:::::::::@::::::::::::::::M::M _______SUCRéeM:::::::::::::::::@@:::::::::::::::::M::M ______ SUCREM:::::::::::::::::@@@::::::::::::::::M:::M ______SUCREM::::::::::::::::::@@::::::::::::::::::M::::M _____ SUCREM:::::::m::::::::::@:::::::::Mm:::::::M:::::M _____SAVEUR::::::::M:::::::::::::::::::::::MM:::::::M:::::::M ____ SUCRée::::::::M::::::::::::::::::::::MMM:::::::: •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.• •.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸•.¸¸.•'´`'•.•.¸¸.•'´`•.¸¸.•

    0 0

    "A la manière de Crystal Palace"… Attention ! Un seul commentaire par semaine, ceci, vous le comprendrez aisément, pour des raisons évidentes de problèmes ophtalmologiques qu'une telle lecture pourrait provoquer".... Vie de merde j'ai plus de vaseline..alors que je croyais qu'il me restait au moins 6 tubes. !! J'ai été cambriolée, j'en suis sûre.. Je suis rien sans vaseline: une éléphante trépanée.. une citadine maniaco-dépressive.. vomissant d'angoisse sur les passants ds la rue.. Car la vaseline, je m’en sers pour plein de truc chez moi, par flemme de me taper de l’huile, du rouge à lèvres des lubrifiants, de la crème réparatrice pour cheveux secs et cassants, des produits pour teinture débordante, comme pansements pour cloques, pour mes pieds, mes mains, de la crème pour mon smokey eye fashion - ben faut pas être ring enfin faut savoir les trucs tendances, d'ailleurs suis preneuse si vous savez… Enfin vous voyez le tableau quoi, comme si j’avais que ça à foutre de devoir noter tous les 7 jours une liste qu’on oublie toujours d’ailleurs et dont on tient jamais compte et qu’en plus t’imagines si y’a pas tout faut recopier et encore aller ailleurs du magasin où on a ces habitudes et vous voyez pas le temps perdu car quand même je peux pas toujours prendre du temps surtout pour des conneries comme cela. Faut savoir se faciliter la vie, faut que ça glisse. http://www.youtube.com/watch?v=XF8a4zYBK7w Du coup je note vaseline et ça remplace toute l'énumération que je viens de vous faire. Vous n’êtes pas convaincu qu’il faille mettre de l’huile ? Ben essayez la vaseline vous verrez, la vaseline c’est encore mieux. Tiens moi qui vous parle et qui ai lu le truc de Crystal sur la ouate de cellulose ben je m’en suis servie comme mouchoirs… ouais ouais vous voyez pas le rapport mais lui il va m’entendre parce que quand même quand t’as un rhume, oui je sais j’ai qu’à me couvrir plus mais quand tu veux allumer un peu ton mec faut quand même lui offrir un décolleté bref je me suis chopé un rhume, déjà il m’a regardé drôle quand j’ai mis le rouleau de papier ménage, ben oui faut penser aux suisses(esses) qui nous lisent aussi … ben sa gueule elle était éloquente que ça l’inspirait pas le truc érigé sur la table, et par ricochet j’ai bien vu le regard de commisération qu’il m’a jeté et que rien chez lui ne s'érigeait pour le coup. Donc non seulement Crystal tu m’as fait louper mon idée de prolonger la soirée de manière un peu plus rapprochée mais en plus j’ai la crève depuis, je te remercie mais alors pas du tout. Comme le rouleau était sorti ben je me suis mouché avec, qui m’en a fallu 3 rouleaux que même que j’en avais pu et que j’ai du le mettre sur ma liste, du bol qu’ils en avaient car il parait que depuis début décembre y’a une razzia sur le sopalin, un truc qui fait le buzz mais j’ai pas compris de quel palace il parlait … sans doute une star genre Nabila qu’a du dire un truc.Je sais que je diverge un peu quoique c’est toujours pareil quand tu veux un truc et qu’y a pas, c’est galère de devoir recommencer ailleurs en plus qu’est ce que tu fais de tes courses, tu vas pas comme les chiens les accrocher à un poteau … t’imagines un chien qui vient dessus marquer son territoire… Non non t’es obligé de remonter chez toi, tu te dépêches ; t’as chaud, t’es en nage et ton rhume y va pas en s’améliorant et que donc je me mouche et encore, et que c’était tout jaune … ouais je sais mais mon médecin il m’a dit qu’il faut toujours regarder la couleur pour voir ce que tu évacues… ben il m’a fallu presque 3 rouleaux vu la cadence de la morve qui défigurait mon visage. Si y’avait que ça … car à force j’ai eu le nez tout irrité et pas que là mais aussi en dessous, vous voyez le tableau !!! Infréquentable que j’étais. Donc je me dis ça suffit ces conneries on arrête avec le sopalin et on met de la vaseline … ! ! Et demain soir qu'on en reparlera plus. J'ai donc été chercher mais que ce soit dans la salle de bain, la cuisine; la chambre, le débarras, pas moyen de mettre la main sur un tube ! ! Qu’on m’a tout piqué. Et en plus on est samedi 19h. Vdm, y caille, c’est brume, déjà tout noir et tu dois te dessaper pour sortir. Ouais je sais je pourrais attendre mais je vous ferai remarquer que le dimanche tout n’est pas ouvert et puis de tout façon pour résumer, quand j'ai plus de vaseline je panique complètement... sopalin ou café... c'est idem... Même angoisse archaïque de manquer du truc essentiel à ta survie de femelle de ville... OR j avais prévu de passer ma journée dans mon sweet home sans croiser d autre équivalent bipède à l extérieur... Dramatique, inquiétant car tant que je serai pas sortie en racheter un stock je vais déambuler transpirant, angoissée, tenant des propos décousus, incohérents, voire noirs, suicidaires.. dignes d une hospitalisation pour me protéger de moi même... Fallait que je sorte y'avait pas photo, ca tombe bien vu la tête que je me payée avec ce rhume qui n'en finissait pas et le nez rouge d'irritations du sopalin car on a beau dire ça irrite la peau, c'est trop rêche. Après la question c'était plutôt si je sors affronter cet extérieur froid et inhospitalier.. je le fais avant ou après plus belle la vie. ? .... Parce que si je dois enregistrer va falloir que je regarde la notice, mais la notice maintenant il y en a pu elle est dans le téléviseur. Mmmmais comment tu fais pour savoir où vu que t’as pas de notice ? ! !!! Nous prennent vraiment pour des cons ceux qui sont payés pour ça ! Franchement on se demande d'où ils sortent ! Don j’y vais avant ou après . ? Avant je risque de rater un peu du début.et après j’vais devoir marcher un peu plus longtemps sans être garantie que ça soit encore ouvert. Et je me serais fringuée pour rien vu qui faudra recommencer demain ... Elle avait le flingue sur la tempe, ils vont pas mettre en pause la scène parce que j'aurais 5 minutes de retard et pour peu qu'on ne la voie plus dans la fin de l'épisode j'vais devoir attendre jusque lundi pour savoir. Ou alors je téléphone à ma collègue pour qu'elle me dise ? Ca peut être une solution. Qu'est ce qu'on peut être emmerdée parfois avec toutes les questions qu'on se pose ... Vdm parfois, je vous le dis … Bon j’vais pas tenir le suspense plus longtemps j’ai été avant, pour le coup j’ai pris tout le stock, t’imagines toi une rupture de stock ? Il ne restait que deux cartons, et l'un avec encore 14 tubes. C'est pas comme si je m'en servais pas beaucoup. De toute façon j'avais zappé mais comment j'aurais fait alors que mon mec du moment enfin celui du fameux rv où je m'étais enrhubé il va peut être venir plus tard après le match de foot qu’il va voir avec ses copains… Vous voyez pas le rapport, ? Ben justement on aurait risqué de ne pas en avoir sans vaseline… Ben oui comme lubrifiant y’a pas mieux j’vous confirme. Après t'as pu qu'à dire vas y Francky ... http://www.youtube.com/watch?v=E9xE7UfYeac Par contre, car je voudrais pas qu’Abi se défoule encore avec ses bb (tu m'excuses Abi si t'as eu l'envie de lire et le courage de continuer mais ça a été écrit quand tu focalisais sur les bb mais très sincèrement je serais infoutue de me souvenir de quoi qu'est ce il s'agissait et le pourquoi du comment) donc je disais vous évitez avec le préservatif, ça garantit plus le résultat donc 9 mois après vous pouvez accueillir l’enfant vaseline … Mais bon nous on est ensemble depuis un bout de temps donc que la question se pose pas de mettre un préservatif vu que y'a plus agréable comme moyen de protection.. Façon qu'est pas sans risque non plus le fourreau plastifié mon gynéco m'en a parlé y'a pas très longtemps que c'était quand même problématique parfois ca arrive et plus souvent qu'on ne le croit qu'il reste dedans quand ton mec il est déjà pu là ... que du coup vous vous trouvez dans la merde vu que ça revient à un rapport non protégé et que faut quand même le sortir et que tout les trucs transmissibles et ben ils sont pas retenus d'ailleurs. En fait y'aurait à en dire sur la capote mais bon ça c'est une autre histoire que je vous développerai pas c'est quand même un peu privé. . Tiens vu qu’on est entre nous 'dans la sphère privée" ça m’a toujours fait rire cette expression pourquoi la sphère serait privé de quelque chose ? vous savez vous si vous en avez une idée suis preneuse. Et donc rapport à la vaseline, parce que faudrait quand même pas oublié que c'est l'objet ou plutôt la matière de mon éloge, et ben après un contact rapproché que vous aurez mis ou pas de la vaseline Alice pour faciliter les frictions inter pénétrantes, http://www.youtube.com/watch?v=k3Fa4lOQfbA et si vous aimez le faire avec des mecs qui se rasent pas trop, qui piquent un peu, ben vous avez la peau toute irritée là où il a frotté son visage, ben non j’vais pas vous lister tous les endroits possibles, ça dépend de vos mecs aussi… et faudrait pas oublier aussi des nanas quand même si y'en a qui oublient de se raser les jambes ça peut faire un peu pareil …. Tiens ça me fait penser que je vous ai pas dit mon truc pour le rasage des jambes tiens, ouais ça marche aussi pour les cyclistes Si vos jambes ont tendance à être sèches/irritées après le rasage, vous pouvez appliquer de la Vaseline pour les laisser toutes douces, lumineuses et bien hydratées ! Tu peux être sure que ton mec il appréciera quand il se frottera contre toi, et que tu peux t'en mettre après qu'il se soit câliné contre toi aussi pour éviter d'avoir sur la figure ou ailleurs la peaux irritée qui en deux secondes dit mieux que 100 mots pourquoi t'as fait faux bond aux autres la soirée d'hier En parlant de peau irritée j’vous dis pas pour les réunions qui s'éternisent et que vous vous soyez chopés plusieurs fous rires, ou quelques éternuement conséquent et ...plouf! le relâchement sphinctérien fatal que t’as rien pu contrôler et que t’en pisses dans ta culotte.. ben t’imagines ... l’état quand ça a macéré parce que ton chef il sait pas résumer et qu’il détaille tout trois fois dès fois que t’aurais pas compris t’as bougé des jambes pour pas t’endormir voire pas t'ankyloser, et ça frotte vu que t'as des bas nylon http://www.youtube.com/watch?v=ycy3kYaV-8E bref là aussi tu peux mettre de la vaseline dès que t’es sortie de réunion et que t’as pu jeter ta culotte vu que de toute façon c’est pas celle de Madonna et que Chirac n’est plus ce qu’il était. Pour revenir à la vaseline quand même le mec qui en met pour ses rapports faudra quand même lui expliquer un coup voire même plusieurs à quoi sert les préliminaires parce que m'est avis qu'il a pas compris grand chose et pourtant c'est une pro de la vaseline qui vous cause mais rien ne vaut la lubrification naturelle pour les rapports intimes y'a pas photos ... Suis naze et j'ai même pas fait le quart du tiers de ce que je voulais dire parce qu'en fait y'a plein de choses qu'on peut faire avec de la vaseline, qu'on penserait pas. J'vous liste vous irez voir dans le détails tout ce que je raconte, avec ça on a même les astuces des miss France c'est tout dire. Faut pas croire que j'ai pris ce sujet que pour déconner ou délirer, y'en a à en dire sur la vaseline. La plupart des trucs ont rapport avec la beauté genre hydrater les lèvres, ça peut être sympa si vous avez envie que le mec qui vous plait veut vous embrasser, parait aussi que ça aide à faire pousser les cils et sourcils ... bon peut être que pour celles qui s'épilent les sourcils c'est pas forcément à conseiller. Il parait que ça illumine le visage avec l'effet Dewy ... C'ui qui sait ce que c'est suis preneuse. Ça améliore vos crèmes pour les contours de l’œil ... C'est les fabricants de crèmes miracles aux alouettes qui vont être contents. Pour vos cuticules (non non c'est pas ce que vous croyez) et pour les mains sèches il paraîtrait que c'est radical. Pour les cheveux fourchus ca aide bien ... j'ai du mal à croire l'effet attirant des mèches vaselinées mais bon tous les goûts coexistent ... Hé même pour entrer facilement dans le trou ... tttt tttt tttt je parle de l’oreille pas de mauvais esprits ! pour faire rentrer une boucle d'oreille ça va tout seul ... Pour les fans du fait at home ben ça permet la création de votre rouge à lèvre unique ... voire même votre gloss, ça je sais ce que c'est tiens j'ai d'ailleurs tendance à penser que ça fait plus gloss qu'autre chose. Pour le Smokey eye fashion ... euh Joker mais enfin ça le fait aussi quoi ! C'est sur qu'en regardant la photo ça m'inspire pas du tout voire même je trouve ça répulsif... en fait ca m'donne envie d"éviter suretout ... :) Ça y est je vais m'assurer la foudre des parfumeurs il parait que ca fait tenir le parfum plus longtemps ... 'tain je vais devoir remercier Christal j'vais bientôt pouvoir tenir le rôle de conseillère vaseline ... Si vous vous teignez les cheveux y'a un truc pour vous ... Mais j'me fatigue y'en a 25 des trucs listés et j'en suis même pas à la moitié ... Comment il fait pour tenir Crystal ? Qu'est ce qu'il a que je n'ai pas ? ça donne soif d'écrire ainsi ! ! Bon allez je vous laisse allez voir le lien ... vous verrez que c'est le produit Picsou fait tout http://www.maquillagecynthia.com/astuces/astuces-beaute/25-manieres-dutiliser-de-la-vaseline/ Faites gaffe ça durera pas longtemps, moi c'est simple je réfléchis déjà à constituer des stocks parce que t'imagines comment je serais si ça disparaît ... ben ouais c'est dérivé du pétrole et je voudrais pas être alarmistes mais si t'es pas resté dans un bunker depuis la guerre tu sais forcément qu'on va bientôt être dans la panade, qu'on n'aura ni le pétrole ni les idées non plus Une idée comme cela, le mec ou la nana qui arrive à en créer sans passer par le pétrole elle aura de l'or dans la main... avec sa vaseline sans pétrole je vous dis que cela. Pour ceux et celles qu'auraient eu le courage ou la folie d'arriver jusqu'ici MAIS sans avoir sauté de ligne je les remercie c'est simple moi j'aurais pas pu :) D'ailleurs même relire c'était mission impossible, tant pis pour les fOtes. Je me magne de finir car le Crystal il a eu vent de la chose et il voudrait me piquer mon idée ... Merde j'ai pas fait ça pour des prunes quand même même si je trouve cela imbitable car y'a pas à dire quand c'est pas son style c'est quand même pas vraiment pareil et qu'en fait c'est inimitable le style de chacun sur ce tchao bonsoir et bises à Cristal que j'espère que ça t'aura fait rire et que j'ai fait ce que j'ai pu pour essayer de faire comme... même si c'est en vain ... PS et pis pour ceusses que j'aurai non vaincue mais convaincue de l’intérêt de la vaseline voilà un autre lien qui en fait les loges ... http://www.e-sante.fr/vaseline-tresor-ignore-pour-notre-peau/actualite/496

    0 0

    Une justice qui dit oui qui dit non. Une justice qui doute. Je viens de tomber sur cet article d'une Chronique Judiciaire qui n'en finit pas. Et de découvrir une femme dont on ne savait rien. Dont on ne connaissait pas l'existence. Et dont la vie n'aura pas été enviable. C 'est l'envers d'un décor. L' autre face d'une monnaie nauséabonde. Un autre point de vue. C'est un article remarquable. Sobre et intelligent. Une femme remarquable aussi. D 'une extrême pudeur. Malgré tout. Oserais-je dire sublime mère Courage ? Magnifique femme. Malgré elle. http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2014/04/04/la-vie-devastee-danne-litas-premiere-epouse-de-maurice-agnelet/ "Evidemment il y a un effet d'accumulation de charges. Mais nous en restons toujours au coeur du problème: il n'y a pas de preuves du crime". "Dans ce cas de figure, la justice doit prononcer un acquittement non pas parce qu'elle sera convaincue de l'innocence de Maurice Agnelet mais parce qu'elle ne peut pas prouver sa culpabilité", a ajouté Me Saint-Pierre. Agnelet avait été condamné en 2007 en appel à 20 ans de réclusion. Mais la justice européenne avait estimé qu'il n'avait pas bénéficié d'un procès équitable.

    0 0

    Dimanche ma soeur nous a fait une visite impromptue. Faut dire qu'alléchée par la jupe fendue noire que je proposais de lui donner, ses escarpins de 12 cm n'ont fait qu'un tour pour venir nous voir. Ma soeur c'est l'archétype de la femme futile, elle se serait déjà fait lyncher sur PCC, elle aime tout ce qui brille, les mini jupes, les fards à paupières épais, les parfums capiteux, les couleurs de cheveux improbables. Et le pire c'est que ça lui va ! Elle est arrivée avec un rouge pétant et des mèches blondes, je lui ai dit qu'elle me faisait penser au cochon d'inde qu'elle avait quand elle était petite ça l'a fait marrer. Elle n'est pas bégueule ma soeur. Elle a le sens de l'humour. Depuis peu elle a pris un petit taf, elle joue aux cartes avec une grand-mère de 82 ans, lui fait ses courses, un peu de ménage, la grand -mère est contente, ma soeur aussi. Bon faut dire que ma frangine c'est la reine de la discute ! Qu'est ce qu'elle m'a pompé l'air quand on dormait ensemble. Tout y passait : sa journée d'apprentie coiffeuse, ses petits copains qui tournaient plus vite que sa langue dans leurs bouches, la paire de pompes qu'elle allait pouvoir se payer avec ses pourboires.... bref que des trucs qui m'emmerdaient sévère vu que moi je venais de découvrir Jean Paul Sartre, le rock et la possibilité d'un grand amour ! Au bout d'une heure de conversation, enfin de son monologue axé sur son nouveau boulot, donc les visites au cimetière, les parties de belote, les gaufrettes et sa nouvelle couleur de cheveux, j'ai un peu piqué du nez. Déjà ado j'oscillais entre l'envie de l'étrangler pour qu'elle la ferme enfin ou sombrer dans une profonde léthargie, vu qu'elle existe encore vous comprendrez de vous -même ce que j'ai toujours choisi. Elle est repartie avec la jupe même s'il manquait bien 10 cm pour qu'elle puisse l'attacher ( je ne fais pas la maligne à ce sujet il doit bien m'en manquer 20 !). Elle m'a laissé un peu de nostalgie dans la tête, nos gadins à vélo, sa passion pour Cloclo, nos chorégraphies improbables, nos engueulades, nos fous -rire. Juste avant de monter en voiture, elle s'est approchée de moi avec les yeux brillants d'une gosse et son sourire d'ado qui me fait fondre, elle avait oublié de me montrer ses nouvelles boucles d'oreilles faites sur mesure avec incrustation sur les pendentifs de la photo de Mylène Farmer, sa nouvelle idole. Et là je me suis dit que j'aimerais tant revivre mon adolescence ! lui piquer ses petits copains, ses rouges à lèvres et sa futilité ! mais à condition de pouvoir la revivre dans une chambre SEPAREE ! :)

    0 0

    .... vous en reprendrez bien un petit ragoût ? Ci-jointes de bonnes idées de recettes... http://www.marmiton.org/recettes/recherche.aspx?aqt=navet Pour en revenir donc à cet opus de Joel Schumacher, exit Val Kilmer qui était aussi crédible en Batman que ne l'est un gogo-danseur en Père Noël, et place à George Clooney tout droit sorti d'"Urgences"... on pourrait croire que le Batman va nous sortir une opération à coeur ouvert de derrière les fagots, hé bien pas du tout... il est seulement affublé de sa petite amie, Elle Mc Pherson, aussi utile dans le film que le H de "hachis parmentier"..."Hachis parmentier", voilà comment on pourrait décrire ce film, véritable massacre et gâchis pour les fans de la première heure de Batman, et que j'avais pourtant aimé à sa sortie, honte de moi... Ajoutez à cela le majordome Alfred, dont la santé périclite, et dont on a l'impression, au vu de ses réactions, qu'il est constipé ou alors ayant mis la main leste sur les laxatifs on ne sait pas trop... un Arnold Schwarzenegger "Mister Freeze" qui s'amuse à faire des jeux de mots en rapport avec le froid (ça plaira bien à notre vieil ami, Bernard Pivot), une Uma Thurman, belle plante vénéneuse qui aime charmer notre bon Robin, une Batgirl (sous les traits d'Alicia Silverstone) dont les rondeurs l'ont fait plutôt surnommer "Fatgirl".... Bref, Batman n'est plus seul, il n'est plus en duo avec Robin, il y a également la Fatgirl... de quoi commencer à faire un jeu des sept familles, à ce train-là, on aurait très bien pu avoir dans les épisodes suivants, l'oncle, le grand-père et la vieille tante grabataire dans le Batman-Gang. Bref, le "Batman et Robin", même s'il comporte son lot d'effets spéciaux plaisants, est à des années-lumières de l'atmosphère de noirceur de Tim Burton (et plus tard de Christopher Nolan).... et il est donc à ranger du côté de la collection des navets de Max Pécas ou des "Maciste contre les karatékas démons"... rien à voir me direz-vous ? Pas tant que ça...

    0 0
  • 04/14/14--01:10: pas à pas par Helio_
  • Pluie de vivre un peu sur Paris ce matin . Le chat, prosaïque, s'étire et baille, avant que de guetter des oiseaux sur mes toîts . Sur le rond de l'aubier, un peu de café tièdit, tranquille, alors que le chat digère tout doux son repas du matin . Des passereaux de vie dansent encore et ourlent ce jour; ici, dans le petit chemin du jour, un peu d'or est promis aux pélerins du doute, de la raison la meilleure et de la joie des humbles choses . Les humbles ? Un peu de terre au dessus de ce Ciel . 14 avril, 7 h 35 . Pacem para pacem

    0 0

    Chaque matin, sortir du lit. Trouver comment. Chercher des raisons. Extirper de son horizontalité morne ce corps trop chargé et le rendre à sa verticale splendeur. Dénombrer ses os, les remettre en bon ordre. Déplier ses doigts. Dégager les orteils. Sortir la tête plombée des épaules et la faire pivoter d'un côté de l'autre. Déployer ses bras. Tenter un pas. Vertige. Savoir qu'au bout du couloir, la porte. Le Monde. Le dur le cruel. Se jeter dans la rue. Dans le bruit la fureur. Trimballer ses vieux os avec soi jusqu'au bout. Les entendre craquer. Et ce bruit du cercueil que l'on ferme. Lourde sur soi la vie. Chaque matin est un défi. Non, ce n'est rien. Je ne suis pas le seul. Tout le monde connait ce supplice de vivre alors qu'en nous déjà rôde une mort qu'on souhaiterait presque. Enfin on le dit, on le croit. Ce n'est pas une raison pour la taire cette douleur des matins tristes. Ce n'est pas une raison pour faire semblant. Il faut bien se consoler tout de même. En la gravant à l'encre, avec des mots, sur du papier ou sur un mur, on allège sa peine. On en fait des rubans. Et comme elle est douce alors cette impression de mieux. Quel bonheur étrange que de partager avec vous, mes frères de misère, cette amertume et ce chagrin, et ce petit malheur tordu et boitillant des commencements de journée. Alors je me sens devenir bien vivant. Avec mon squelette qui tremble et mes pas mesurés. Je ne suis plus si seul, en péril sur mon fil. Je sais que je vais pouvoir poursuivre la traversée. Je suis certain que je ne tomberai pas. Il y a de ces hommes pour lesquels le défi est une réelle source d' inspiration au sens propre comme au figuré : voici en lien une expérience époustouflante ! et un témoignage aussi....vous comprendrez... Juste se laisser aller ...à ce temps suspendu.. http://youtu.be/8jov-HMaOPQ

    0 0
  • 04/12/14--10:26: Lune bleue par Parapine
  • Lune bleue Quand on dort tous les deux il y a Une lune bleue sur notre oreiller Il ne faudrait pas la réveiller Un gardien rebelle veille par là –bas Comme un Kaki quand il gèle Sur son sommeil Tout peut mourir sauf elle Elle est prêtresse des chats mouillés Par la rosée qui ne veillera pas Il y a quand on dort tous les deux Sur notre oreiller une lune bleue Plein de cavaliers cherchant une issue Pavots perdus dans les champs de blé Parmi les bouts de verre de couleur Trésor par les fabriques rassemblées De nos terrains vagues vitraux en fleurs Ce sont des lieux étranges remplis de Marchands d’écureuils et de pardessus Notre chambre ressemble à un lavoir Où le savon mousse pétille et puis Les cavaliers entrent dans l’entonnoir Pressés ils deviennent un jus rubis Qu’on boit en dormant élixir extra Liqueur qui fait dérailler nos nuits Quand on dort tous les deux il y a Une lune bleue sur notre oreiller Il ne faudrait pas la réveiller Ça serait la fin de l’histoire là Du gardien rebelle Des kakis gelés Et des écureuils et des pardessus Qui jouent aux échecs contre les miroirs Le roi peut mourir c’est une autre histoire Les verres de couleur éparpillés Ses vitraux en fleur où nos peurs s’égarent Et les cavaliers leur tirent dessus Il y a quand on dort tous les deux Sur notre oreiller une lune bleue Des jardins envahis de potirons Dedans les chats mouillés font leur maison On quête les noisettes rien du tout C’était la fête Qui les a croquées ? Le facteur fait sont enquête la rue À disparu Dehors les chalands vont Avant les moissons cueillir les chardons Pour la carder la laine des cache-col Que les hirondelles tissent en vol Quand on dort tous les deux il y a Une lune bleue sur notre oreiller Oh attention ! Elle s’est réveillée Le gardien rebelle a fait pour diner Une compote de Kakis gelés On n’a plus sommeil et les chats mouillés Repassent les pétales de rosée Les vitraux en fleur oubliés là Par les fabricants de peurs aux abois Pavots maquillés d’éclats de couleur Que leur jus rubis tache nos doigts Avides glaneurs dans les champs de blé De notre trésor au passé voleur Eh oui !la lune bleue s’est réveillée Princesse elle s’étire Les draps blancs De notre chambre-lavoir pétillant Lui tendent un ciel de noces têtu On les a fait bouillir les a battus Couvert de roses et de chats mouillés Dans notre chambre-lavoir le printemps Mousse et pétille clair Par en goguette Dans le pressoir les pavots font la tête Leur jus rubis noie nos peurs et les tue Les écureuils sont saouls les pardessus Voudraient en faire autant mais il est temps Il y a quand on dort tous les deux Sur notre oreiller une lune bleue Princesse elle réclame une omelette En bâillant fort aux étoiles vraiment Par la fenêtre s’en vont les chalands Le bruit de leur pas court comme le chant Des battoirs très lourds sur les draps de fête On est réveillés tous les deux voila Que la lune bleue vient d’appareiller Le gardien rebelle Les kakis gelés Ont fait pareil Les chats mouillés sont là Vêtus de bouts de verre de couleur Notre trésor nous reste maraudeur Le vieux terrain vague est notre oreiller Et la cité notre chambre fidèle On y dort tous les deux Tout peut mourir sauf elle.

    0 0

    Avant l’averse, les étangs miroitent encore sous l’éclair de lune, c’est la nuit sur la route, je suis la passagère. Tu me dis d’attacher ma ceinture de sécurité et que c’est dingue d’avoir à me le dire. Derrière le pare-brise, les flocons de neige twistent maintenant dans les phares, des légions de bahuts étincelants de « home sweet home » nous croisent. Parfois la route se profile sur un futur proche, parfois elle est déjà dépassée, contrainte d’abdiquer vers la départementale. Les bas côtés habités des ajoncs et genêts sont fantomatiques. Tu me demandes : « tu ne dis rien... ça va au moins ? ». L’automobile fend le noir. Je suis la passagère, il fait chaud dans l’habitacle, c’est un cocon. Tu fredonnes un air de rien. Des lièvres courent au devant des halos falots, je vois des hameaux désertés, des fermes au repos et plus loin quelques caterpillar sur des parkings rouges orangés. Je sais des familles déchirées, des personnes en lutte, d’autres qui disent bye bye la vie, je connais des amitiés bizarres, je savoure le soir au coin de la table, je connais l'heure du silence, je vois des images de hasards, j’ai des entrevues avec des subtilités... Je suis la passagère, la route continue, que dire de mieux.

    0 0
  • 04/26/14--04:24: Le bal par Cypou
  • Le bal Hier j’ai vu une rose. Elle avait deux cœurs. C’est beau une rose avec deux cœurs. Elle était devant moi et prenait la pose. Une rose avec deux cœurs c’est rare alors j’ai voulu l’immortaliser. Je l’ai prise en photo. Elle a bien voulu que je la prenne en photo. J’ai déjà écris sur elle mais je ne vous ai jamais dit qu’elle avait deux cœurs. Ce pourrait n’être qu’une histoire entre elle et moi, une histoire qui d’ailleurs me laisse en émoi. Comment vous le dire sans la trahir ? On ne lui a jamais dit que c’était beau d’avoir deux cœurs. Elle en a même souffert qui dans son enfance ou bien plus tard alors elle est devenu rebelle. Parce que rebelle elle a encore été incomprise. Du rosier toutes les autres roses n’avaient qu’un cœur. J’ai envie de vous parler d’elle que pour les rendre jalouse si elles n’ont pas compris, elle qui danse avec moi. Elle m’a dit qu’elle s’affranchirait de la rime, que simplement de l’avoir vu c‘était déjà bien et que ce ne serait pas un crime tellement elle s’en fiche qu’on la regarde….. Par deux fois j’ai dansé avec l’une d’elle. Elle m’avait dit de ne pas la faire virevolter. Pas de problème j’étais comme elle ; ce jour de l’an je n’avais pas envie de voir la piste tourner. L’année suivante c’est elle qui m’invitait. La farandole nous suivait autour de la piste. La musique accompagnait les arabesques délicates au pas roulé de ces fines jambes à rayons de caoutchouc recouvertes. La rose est couchée. J’irai te voir tant que rose tu seras. J’aime les roses à deux cœurs. Elles ont la grâce des danseuses étoiles. Je vais te faire une confidence pour apaiser tes cœurs. Autour de moi il y a beaucoup de roses à deux cœurs. Certaines encore se cachent par pudeur, qui ne ressemble ni plus ni moins qu’à tes sœurs. J’en ai rencontré une il n’y a pas longtemps. Ne soit pas jalouse, n’ai pas de rancœur. Je danserai avec elle comme avec toi. Je ne connais pas ….de roses qui n’ait qu’un cœur. La beauté des roses, de bleu ou de rose vêtues, n’est elle pas plus qu’ailleurs……dans leur CŒUR ? PS : merci de m'avoir autoriser....a te regarder. http://www.dailymotion.com/video/x51oho_francis-cabrel-des-hommes-pareils_music Cypou le 26/04/2014

    0 0
  • 04/23/14--04:41: Cyprine par Cypou
  • Cyprine Ce mot n’était pas dans le dictionnaire à la maison. Je l’ai entendu plus grand ; pas de ta bouche. Si tu me posais la question je te dirai pourquoi je l’ai retenu. Aujourd’hui est un jour particulier où nous nous retrouvons. La dernière fois que je t’ai vu c’était dans mes bras. Quel plus beau dernier cadeau aurais -tu pu me faire ? Je ne vais pas parler de tant d’autres…. Je te vois assis à la cuisine toujours à la même place. C’était avant que tu ne déménages pour habiter nulle part…. Aujourd’hui c’est ton dernier déménagement. Comme pour me prévenir que je pourrai aller me blottir contre toi, ta fille vient de me dire que tu es bien. J’ai besoin de te savoir ainsi, toi qui as fait qui je suis. Ce mot, à deux lettres de fin prés inversées, c’est celui de ton prénom celui que je porte désormais ici pour te rendre hommage comme à l’amour d’une femme qui nous rend hommage. Ce matin de bonne heure je n’étais pas là, je sais que tu ne m’en veux pas. Hier soir j’ai appelé ta fille ; besoin simplement de l’entendre. Entre nous le silence parle et parlera toujours notre langage ; je t’en fais la promesse. Voila ! Je n’ai plus grand-chose à dire ; comme avant quoi ! Le silence parlait et je n’écrivais pas : pas besoin, tu étais là. Maintenant que j’ai le temps j’écris ; les mots me rapprochent de toi. Je n’en suis pas au bout de mes contradictions ; il m’arrive souvent de dire qu’une vie c’est comme une histoire d’amour : cela ne se dit ni ne s’écrit….. Mince ! Je viens de l’écrire. Ce matin, là haut sur le plateau, face au clocher qui est mon repère, il faisait six degrés ; le soleil brillait et les oiseaux chantaient pour nos proches que tu ne quittes que pour l’allée du souvenir. Qu’ils étaient doux ces moments là …..Papa. http://www.youtube.com/watch?v=5A74Nrt8d_c Cypou le 22/04/2014

    0 0

    Dans le bureau. Six heures du soir. La journée a été rude. Les autres sont déja partis. Il ne reste qu'eux . Tous les deux devraient rentrer chacun de son côté, elle à G...., lui à R....Mais ils aiment bien prolonger cet instant plus tranquille, une sorte de sas entre l' agitation du travail et la poursuite de la soirée qui les attend à la maison. Calée dans son fauteuil, elle laisse aller ses pensées au hasard. Elle flotte au-dessus de sa journée bien remplie, évacue les tensions, ne songe plus à rien. Lui, devant la fenêtre, rêve. Il ne pense déjà plus à ces piles de dossiers fastidieux qu'il retrouvera demain matin. Il les efface d'un mouvement de la tête et goûte ce rare moment de calme. Il a une envie d'allumer une cigarette, mais il peut tenir encore un peu. Pour l'instant, il profite du silence. Ils ne se parlent pas. Ce n'est pas un problème. Parfois il leur arrive de parler. Ce soir non, ils ont l'habitude aussi de demeurer silencieux. Ensemble. Certains soirs, à une attitude qu'elle prend, il sent que cela ne va pas trop. Alors il l'interroge. Elle élude. Il insiste. Alors elle finit par se livrer. Parfois même elle fond en larmes et lui doit la consoler. Il lui tend un mouchoir en papier. Elle sourit un peu en mouchant son nez et ils finissent par éclater de rire tous les deux et de bon coeur. D'autres soir c'est lui. Il se sent grincheux. Et c'est elle qui le presse alors de lui dire pourquoi. Au début, il n'osait pas. Il gardait pour lui ses doutes et ses colères. Son impuissance aussi face aux dysfonctionnements de l 'équipe de travail, son angoisse de se tromper. De mal évaluer une situation. De faire un mauvais choix. Il préférait taire ses interrogations. Sa vie aussi parfois lui pesait. On ne raconte pas ces choses. On les garde pour soi. Même à la maison, il ne disait mot à sa femme. Elle n'aurait pas compris. Elle l' aurait peut-être écouté par gentillesse ou compassion. On ne peut vraiment pas dire à sa femme qu' on en a assez. Que la vie pèse. Qu' on aimerait en changer. Ce sont des choses intolérables à entendre. Elle ne supporterait pas. Il préférait les taire, ces choses insupportables ... Au début, il n'en parlait pas non plus quand sa collègue de bureau s'inquiétait de le voir si taciturne. Puis au fil des années, il s'était un peu laissé aller à s'épancher. A dire qu'il en avait gros. Que sa vie lui semblait désormais vaine et ennuyeuse. A présent, le soir, quand tout le monde était parti et qu'ils restaient tous les deux à bavarder de tout et de rien dans le bureau désert, il pouvait tout dire. Il savait que rien ne serait retenu contre lui. Qu' elle ne le jugerait pas. Ne lui tiendrait pas rigueur de ses aveux impitoyables sur les gens et le monde. Il pouvait se confier totalement. Et lui dire à elle toutes ces choses qu' il taisait , pour ne pas lui faire de peine, à sa femme. Sa femme qui devrait en principe tout pouvoir entendre et supporter. Comment est-ce possible d'en arriver là, à taire à la personne la plus proche de soi, les choses les plus importantes et les plus secrètes ? Et les confier à une autre, étrangère, qui ne partage rien d'autre avec vous que ces huit heures quotidiennes de travail, un huis-clos semi-tragique de dépendances et de soumissions laborieuses. Avec elle, il ne se sentait pas coupable. Il savait qu'elle ne l'interromprait pas. Qu ' elle ne s'emporterait pas. Qu'elle écouterait jusqu'au bout. Elle ne projetterait rien, n'envisagerait rien, ne lui en voudrait de rien. Non pas qu'elle n'était pas directement concernée, mais parce qu'elle était vraiment en empathie avec lui, et particulièrement attentive. Jamais complaisante cependant. Elle ne lui faisait pas de cadeau. De toutes façons, ces moments d'abandon total étaient rares. Sauf quand la cocotte débordait trop et qu'il fallait une soupape de sécurité, ce n'était pas tous les jours. Un soir, il y eut grève des transports. Et puis la neige par-dessus tout ça. Il leur fut impossible de rentrer chez eux. Ils furent contraints de dormir à Paris. Naturellement ils choisirent de passer la nuit ensemble. Il eut un peu peur le matin. Il pressentait douloureusement qu'il pourrait tomber amoureux. Qu'il suffirait de presque rien.

    0 0

    Aujourd’hui 28 avril journée mondiale du travail et de la santé… ...et le travail c’est la santé, l’adage est bien connu. Est-ce à dire que la santé c’est le travail ? Oui, ma santé c’est du travail… pour les autres ! … avait coutume de faire remarquer, après qu'il fut sorti de la prison de la santé, mon richissime oncle Crésus (Dédé l’embrouille dans le milieu), engoncé dans un mou sofa lorsqu’il se faisait manucurer les ongles ou masser les pieds par de graciles petites asiatiques sans papiers (ses protégées, qu’il se vante d’avoir sauvées du communisme chinois). En revanche mon oncle Hamlet, après 40 ans de zinguerie et 3 chutes de toit, n’a pas la même conception de la chose : « Etre ou ne pas être - mal en point - telle est la question » Quand à mon prof de physique en terminale, pour lui c’était simple : le travail, santé ou pas, ça se mesure en Joules et les Joules c’est des kilogrammes mètre carré par seconde au carré. Or moi, plus je travaille, plus j’ai faim, et plus j’ai faim plus je baffre et plus je baffre plus j’ai de kilogrammes au mètre carré par seconde carré. Travailler plus pour gagner plus de Joules, c’est bon pour la santé ? Bon, avec tout ça, moi je suis perdu … Et vous, vous en pensez quoi de la journée mondiale du travail et de la santé ?

    0 0
  • 04/28/14--07:24: Bords de Loire par Platonov
  • Je suis comme ma ville une île entre deux fleuves toujours j'hésite entre terre et mer, nord et sud, rêve et réalité, et le ciel fait un coude sur les toits d'ardoise de mes bâtisses neuves Mes rues sont cossues, le vert de Loire est un vin de jardins variables alliant ses vieilles preuves à l'uniformité des bois des lacs des cuves dont l'horizon termine un océan lointain et tel un bordereau de manoirs au fusain rectiligne entre les rives dont je m'abreuve je garde mes pensées d'ailleurs et je prends soin du château des brumes ici et là, sous un enjambement de lourds nuages et d'effluves océanes berçant mes bords entre deux fleuves

    0 0

    ….du travail ? Ah ah ? Pauvres cloches à fromages ! « Certes il n'y a pas à proprement parler de "Journée Mondiale" du travail mais... " Cette constatation, d’un ton nettement embarrassé, vous pourrez la trouver NOIR SUR BLANC sur les sites informatifs les plus autorisés (les sites indépendants, pas ceux des rouges) Il n’y a PAS de journée mondiale, il n’y a PAS de journée internationale du travail … … mais quoi ?… on va la chômer quand même ? il n’y a RIEN de cet ordre, alors au boulot, merde, vous avez vu l’heure qu’il est ? On se fait bouffer par les chinois et le patronat devrait supporter lui tout seul et les ponts de mai et les pondérables pesanteurs quotidiennes de votre humeur feignassière ? Réveillez-vous citoyens, on nous enfume depuis des lustres avec rien que de la sale propagande gauchiste. Le premier mai, vous aviez toujours pensé être témoins de processions de travailleurs furibards hurlant des slogans revendicatifs hostiles à tous les bienfaiteurs, tous les employeurs, tous les gouvernements ? Hé, hé… Hé bien non : le premier mai vous assistez au défilé d’asthmatiques cramoisis qui ahanent la gueule ouverte à la recherche de la moindre molécule d’air. Le premier mai c’est la journée internationale de l’asthme ! (Enfin, faut croire que les associations asthmatiques sont tout autant schismatiques parce qu’y en a qui datent ça le 6 mai – mais moi, le 6 mai j’aurais d’autres journées mondiales à fouetter) En tête de cortège CGT : Confédération des Gênés Thoraciques FO : Force Oxygénante SUD : Suffocateurs Unis Désensibilisés « Les vieux dans la misère - Les jeunes dans la galère - On en veut pas - De ces poumons-là » « Assez de broncho-dilatatio pour la France d'en haut ! Assez de tabac pour la France d'en bas ! » «MERDEF foutu, Valls vendu… sus aux malotrus, crachons notre mucus » (MERDEF : Mouvement d’Economie Radicale des Dépenses aux Encombrés de la Fibre) Sur les bords et à l’arrière, comme chaque année, y’aura du grabuge Ça va friter à l’huile de tournesol. On vous dit que les vitrines brisées et les bagnoles en flammes ce sont les casseurs des quartiers nord, du neuf-trois, du val-fourré? Stop à la désinformation. Le premier mai c’est aussi la journée internationale de la guerilla-tournesol. Un groupuscule de vrais durs, pas de la petite sauce de banlieue, des qui ont la haine de l’autre au point de venir casser de l’insuffisant respiratoire en masse en - je lis - « …semant aujourd’hui des tournesols partout en ville », histoire de répandre leur pollen asphyxiant là où c’est possible. Bon, moi je pars bosser mais je resterai caché sous mon bureau on sait jamais. Et vous, vous en pensez quoi des poumons de la Castafiore ? Vous en pensez quoi du professeur Tournesol ?

    0 0

    «J’aime pas le jazz. Le jazz c’est une musique de nègres. Le jazz c’est une musique de pédés » C’est ce qu’aurait déclaré le sous-lieutenant JMLP (dit JM Le Pêne – allusion à sa fermeture d’esprit ?) au caporal Aimé-Toussaint Louverture, lequel écoutait tranquillement sur la TSF Charlie Parker en train de s’exciter sur une impro. Cela se serait passé en 1954, lors de l’arrivée de JMLP en Indochine, après la fin des combats -ce qui prouve qu’il n’a pas torturé d’indochinois. Pourtant, lui qui venait de perdre un œil, aurait pu au moins marquer sa considération pour Ray et Art (Charles, Tatum), qui eux partaient au combat, sur scène, tous les soirs, en ayant perdu les deux. « J’aime pas le jazz ». « Le jazz c’est une musique de nègres ». Faut-il voir un lien logique, un lien de conséquence dans la cervelle JLMP, entre ces deux assertions qui, somme toute, prises isolément sont incontestablement vraies ? Nous laisserons le lecteur en décider, quoique le terme « nègre » de nos jours s’utilise dans un champ lexical différent (me souffle Patrick Poivre d’Arvor). Pourtant, une musique qui met la pression sur les faibles (les temps faibles), qui use abondamment de syncopes et de chaînes (d’accords), bref, qui a tout pour rappeler les souffrances du transport maritime des esclaves, avait bien des atouts pour ravir notre jeune sous-officier. Quant à « Le jazz c’est une musique de pédés », laissons les historiens et les sociologues y travailler. On trouverait matière à commencer l’enquête par le célèbre tableau de Rubens où deux éphèbes se soufflent conjointement dans l’olifant (l’ancêtre du trombone à coulisse) ** Le 30 avril, c’est aussi la journée « mondiale » – et non pas internationale, c’est pour cela que je ne l’évoquerai que d’un mot – de la mobilité, journée au sujet de laquelle je lis : «pour les personnes ayant des difficultés pour se déplacer, handicapées, âgées, femmes enceintes, personnes ayant un caddie et parents avec enfants, personnes transportant des bagages lourds » Et là je dis : pour y remédier c’est simple ! Il suffit de se payer un boy… et, pour vous distraire, s’il a appris à jouer du banjo dans les bas quartiers de la nouvelle-orléans, c’est encore mieux… ** 30 avril c’est aussi la journée mondiale - ça n’arrête pas… qu’est-ce qu’ils ont tous à choisir le 30 avril, alors que le 2 mai c’est la journée internationale de rien ? - de la non-violence éducative. Mes enfants me demandent « C’est quoi la non-violence éducative ? » J’ai essayé de leur expliquer à coup de pompes dans le cul, mais ils n’ont toujours rien compris. L’année prochaine je tenterai de leur faire rentrer ça dans le crâne à coups de marteau. Et vous, ça vous fait jaser la journée du jazz ? Ça vous vous fait violence la non-violence éducative ? Ça vous mobilise la journée pour la mobilité ?

    0 0

    J' étais tout juste pubère quand on m'a mariée et mise derechef dans le paddock d'un colosse Lusitanien bien monté mais qui aurait pu être mon père, ni beau, ni laid, mais sans attrait ni charme, qui m' a escaladée et prise par derrière aussitôt que nous fumes restés seuls, et sans me demander mon avis. Ainsi fut ma nuit de noces et j' en ai gardé longtemps, un souvenir affreux et un éternel dégoût. Que j' croyais en tout cas ! Car les choses, depuis peu, sont en train de changer. A présent ce satyre - grâce à dieu- est mort depuis longtemps. Et moi, pauvre de moi, je vais fêter mes soixante ans. Je viens et c'est une sacrée surprise, d'être sollicitée par un jeune étalon, un peu Camarguais un peu gitan, du côté d' Arles, ça se voit à sa fougue- de vingt ans mon cadet cette fois, aux dents blanches et à l'haleine fraîche, qui me presse d'accepter de convoler avec lui, et me prie instamment de bien vouloir apprendre avec lui à jouer du pipeau ou du fifre.. Chère Brigitte, dois-je accepter sa proposition ? Le croyez-vous sincère ? Puis-je lui faire confiance ? Pourrait-il en vouloir à mon argent ? On me dit de me méfier. J'ai une petite retraite et un tout petit logis toutefois confortable : puis-je envisager sans crainte de cohabiter avec lui ? Puis-je l'autoriser à me toucher les seins, comme il me le demande ? Il ne cesse de me mettre la main au panier. Il dit - en me soufflant dans les oreilles- que tout ça l'excite et je le crois. Dois-je lui permettre de palper ma membrane ? Devrais-je simuler la vibration de mon précieux tambourin ? Dois-je entreprendre quelques petits exercices de remise en forme ? Histoire de graisser un peu mes huisseries. Et de parfaire mes gammes afin que tout se passe bien. Je ne voudrais pas qu 'il me juge bégueule. Surtout qu 'en vérité c'est lui qui l'a la belle gueule, et qu'à moi il m'échauffe les sangs. Et me fait tourner en bourrique avec ses prétentions ! Merci Brigitte, de votre écoute et de votre bienveillante attention. J' attends votre réponse et vos conseils savants. Rossinante de la Cartoucherie (des Ecuries de Vincennes)

older | 1 | .... | 194 | 195 | (Page 196) | 197 | 198 | .... | 259 | newer